espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Romain Buffat
Jean Buhler
Nicolas Buri
Alexandre Caldara
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Éric Gentil
Elodie Glerum
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Mathias Howald
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
René Lièvre
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Éric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Marc van Dongen
Olivier Vogelsang

Jean-Jacques Bonvin

Histoires saintes


Ses Histoires saintes font côtoyer allègrement des élus reconnus par l’Eglise avec d’autres qui relèvent de son calendrier personnel. Les premiers reçoivent un traitement peu orthodoxe, leur biographie est revue au filtre de l’ironie, sous-tendue par une bonne connaissance des textes sacrés! Quant à faire canoniser ses propres candidats, l’auteur aura du mal à convaincre les instances romaines. Mais il peint quelques beaux portraits de réfractaires, dans une écriture toujours élégante, alerte et bien documentée.
Isabelle Rüf (Le Temps, 20 avril 2018)

Dans sa relecture iconoclaste du sacré, Jean-Jacques Bonvin conjugue une réjouissante ambivalence, jouant sur le fil entre plaisir et souffrance, humour et empathie, distance et grâce, doutes et soif d’absolu.
Anne Pitteloud (Le Courrier, 27 avril 2018)

On le pensait plus familier de la beat generation que du calendrier des saints. Il peint pourtant – avec humour – les aveuglements de la «servitude volontaire» des croyants.
Isabelle Rüf (Le Phare, avril 2018)

Jean-Jacques Bonvin signe un recueil de treize textes tenant aussi bien de la nouvelle burinée que du dégorgement introspectif. Ses références classiques sont reconsidérées par l’originalité de son style, son esprit d’autonomiste cultivé. Il use de mots à la fois goûteux et caillouteux, rauques et luisants, prosaïques et poétiques, soigneusement choisis, puis âprement alignés, rognés par la densité – un sens de l’essentiel à défaut de l’Eternel, bien que celui-ci ne soit pas complètement absent.
Thibaut Kaeser (Echo Magazine, 4 avril 2018)

Des nouvelles où Genève et le religieux voisinent au fil d’une prose parfois difficile à percer. Pourtant le charme agit à plusieurs reprises (…) Certains textes nous plongent dans un passé très lointain, même dans l’Antiquité. Dans le dernier, un fils écoute son père âgé divaguer, pendant qu’il l’emmène sous la pluie canoter sur un étang.
Benjamin Chaix (Tribune de Genève, 24 mars 2018)

Une sorte de sarcasme gothique résonne dans ces Histoires saintes où règnent surtout l’égarement et la déréliction (…) Il y a chez Jean-Jacques Bonvin une noirceur qui ne se prend pas au sérieux et qui enchante. A défaut d’être un stylite, comme Siméon, il est en tout cas un styliste: c’est un écrivain laconique qui semble tailler ses phrases au burin.
Michel Audétat (Le Matin Dimanche, 25 février 2018)

Jean-Jacques Bonvin ne cherche lisiblement pas à être orthodoxe: il prend des libertés avec les vies de ces saints, si bien que l'Église ne reconnaîtra pas toujours les siens qu'elle a pourtant un jour canonisés. (…) Selon que le lecteur est chrétien ou non, il appréciera bien sûr la façon, mais se demandera donc, ou non, s'il ne doit pas adresser une prière à son Créateur pour que l'auteur qui a commis ces récits iconoclastes soit absous, ou non...
Francis Richard (blog, 18 février 2018)

> retour
espacement
image pied de                                 page