espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Romain Buffat
Jean Buhler
Nicolas Buri
Alexandre Caldara
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Éric Gentil
Elodie Glerum
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Mathias Howald
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
René Lièvre
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Éric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Marc van Dongen
Olivier Vogelsang

Alexandre Caldara

Peseux Paterson


D’un bout à l’autre, «les voix se juxtaposent/s’enchâssent/se criminalisent», et aussi bien, ce sont les juxtapositions, les ellipses et les contractions criminelles, dans le sens inhabituelles et transgressives, qui font sens dans ce texte poétique et musical dont on dirait de l’écriture automatique, et dont les contrastes et la mise en page impriment la rétine.
Laurence de Coulon (Le Nouvelliste, 18 décembre 2018)

Ce petit «récit débridé», comme le décrit l’éditeur en quatrième de couverture, témoigne d’une littérature qui rue dans les brancards (…) À première vue, peseux paterson apparaît tel un OVNI, des bouts d’histoires qui s’enchaînent presque sans queue ni tête. En vérité, après lecture, et quoi qu’en dise l’auteur, le récit entremêle à sa famille italo-espagnole largement évoquée, le village de Peseux où il vit, William Carlos Williams, poète et médecin américain, à qui la ville de Paterson a inspiré son ouvrage le plus important. Et aussi la mystérieuse et «insolente AOI», fille assurément désirable et désirée par la plume, le corps et le coeur de l’écrivain.
Bernadette Richard (Le Quotidien Jurassien, 13 décembre 2018)

D’entrée de jeu, son village, il le dit «ingrat donc sublime». Ce lieu est celui de l’évasion vers les origines catalanes et toscanes du poète. Mais pas seulement. La forêt de Peseux apparaît comme une respiration, sensuelle, sans ponctuation: «J’imaginais à foison comme dans un étau une forêt de femmes au souffle court à l’haleine torréfiée qui ne cessaient élastiquement de nous prendre et relâcher».
Frédéric Mérat (ArcInfo, 8 décembre 2018)

> retour
espacement
image pied de                                 page