espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Francis Amoos
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Romain Buffat
Jean Buhler
Nicolas Buri
Alexandre Caldara
Caractères mobiles
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Guillaume Gagnière
Éric Gentil
Elodie Glerum
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Mathias Howald
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
René Lièvre
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Éric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Maxime Pastore
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Guillaume Rihs
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Bernard Utz
Marc van Dongen
Olivier Vogelsang
Alexandre Voisard

Céline Cerny

Les enfants seuls


Partout l'émotion affleure, mais sans s'imposer au lecteur. Pas de tragique gras en pleine face, mais rien n'est caché ni épargné. Enfin, une remarquable cohérence de style dans la restitution de ces paroles revenues de loin: «Quand je serai grande, je n'aurai plus de parents.»
Jérôme Meizoz (viceversa littérature.ch, 7 septembre 2015)

Céline Cerny, qui publie son premier ouvrage à l'enseigne des belles Editions d'Autre Part, a préféré la fiction à l'autobiographie, prenant la plume pour inventer l'enfance. (...) Elle y teinte ses mots délicats d'une ironie triste et légère, comme pour mieux saisir ces vingt-deux voix juvéniles en autant de courtes nouvelles.
T.R. (La Liberté, 25 juillet 2015)

Le premier livre de Céline Cerny déborde de tendresse et de poésie. (...) Vous l'aurez saisi. Mystères, joies, tristesses et rêves cohabitent à chaque page de ce précieux petit livre.
Gilberte Favre (Les Blogs, Itinéraires, 6 juillet 2015)

Céline Cerny cisèle des récits denses, dont la force tient beaucoup à la concision et à l’apparente simplicité. Les faits sont narrés sans commentaire ni pathos au fil de proses évocatrices, sensibles, drôles parfois, attachantes toujours.
Anne Pitteloud (Le Courrier, 4 juillet 2015)

Et c’est une impression diffuse d’étrangeté au monde qui parcourt ces textes et qui signe leur réussite. Que ce soit dans le froid du carrelage d’une cuisine où les petits pieds se posent ou dans le souffle chaud d’un sèche-cheveux brandi par une mère agacée, la solitude des enfants face au monde des adultes, face au monde tout court, se fait entendre comme une mélodie entêtante. Une mélodie que le lecteur reconnaît, à peine assourdie par l’épaisseur du temps.
Lisbeth Koutchoumoff (Le Temps, 4 juillet 2015)

Céline Cerny fait parler les enfants. Mais on n'est pas dans un paradis vert et rose. Les enfants seuls rappelle plutôt que les bambins sont des radars sensibles, intelligents, fragiles et implacables. Céline Cerny s'attache aux moments forts où des révélations leur adviennent, quelquefois tendres, souvent brutales, parfois cruelles, qui produisent des ébranlements. De ceux que nous avons tous vécus, que ce livre ravive.
Alain Bagnoud (Blogres, le blog d'écrivains, 12 juin 2015)

> retour
espacement
image pied de                                 page