espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Francis Amoos
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Romain Buffat
Jean Buhler
Nicolas Buri
Alexandre Caldara
Caractères mobiles
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Guillaume Gagnière
Éric Gentil
Elodie Glerum
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Mathias Howald
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
René Lièvre
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Éric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Maxime Pastore
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Guillaume Rihs
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Bernard Utz
Marc van Dongen
Olivier Vogelsang
Alexandre Voisard

Corinne Desarzens

Dévorer les pages


Au fil de ce petit bouquin, publié à Genève par D'autre part, l'interlocuteur de Corinne apprend donc comment elle a rencontré tel ou tel écrit rare, ou le petit événement auquel son souvenir se retrouve aujourd'hui lié pour elle. Le temps et le lieu comptent beaucoup. L'impression change suivant les circonstances. Il en irait de même pour la peinture ou la musique. Un tableau bien accroché dans une belle exposition, parcourue en plus un jour de bonne humeur, n'a pas les mêmes couleurs, au propre comme au figuré, qu'une toile vite regardée dans un accrochage banal.
Etienne Dumont (Courants d’art, 16 novembre 2013)

Au final Dévorer les pages réussit le pari délicat que proposent ces livres qui évoquent des livres. Leur écueil est que souvent, ceux dont on parle nous intéressent plus que celui qui parle: on y pioche au hasard ou d'après les ouvrages cités.
Corinne Desarzens, elle, nous donne l'envie de partager ses découvertes, mais aussi de ne pas lâcher son recueil avant de l'avoir fini.

Alain Bagnoud (Blogres Tribune de Genève, 15 novembre 2013)

Dévorer les pages n’a rien d’un essai. C’est un hommage rendu à la «littérature-monde» qui laisse tranquille le microcosme suisse romand (à peine une mention du brillant Quentin Mouron et une remarque cocasse, «la littérature suisse a de longues jambes», à l’adresse de Nathalie Chaix et Aude Seigne). C’est un état d’esprit, le récit très précis d’une passion vagabonde, emmené sur un ton joyeusement décalé, comme l’illustre la proposition de voir s’afficher, au-dessus de la porte coulissante des wagons, le titre des livres lus par les passagers…
Blaise Hofmann (blog 24 Heures, 4 novembre 2013)

Ces carnets sont devenus «divinatoires». Chez Desarzens, la vie devient un livre, et les romans influencent la vie. «Les romans, ce sont des capsules de vie concentrée, puissance dix. Comme un Red Bull. Comme des graines. Des provisions, des munitions.»
Julien Burri (L’Hebdo, 31 octobre 2013)

Dévorer les pages est un livre qui palpite, comme un cœur passionné. Et il permet de mesurer à quel point l’apparente immobilité du lecteur peut s’avérer trompeuse. Dans ses lectures, Corinne Desarzens vibre, tremble, respire l’odeur des batailles, se réchauffe au soleil d’Afrique, engage son corps tout entier: un bon livre, dit-elle, «modifie la chimie de nos corps et laisse une trace». Quoi de plus physique en définitive? Avec elle, la lecture est aussi un sport de combat.
Michel Audétat (Le Matin Dimanche, 27 octobre 2013)

> retour
espacement
image pied de                                 page