espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Francis Amoos
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Romain Buffat
Jean Buhler
Nicolas Buri
Alexandre Caldara
Caractères mobiles
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Guillaume Gagnière
Éric Gentil
Elodie Glerum
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Mathias Howald
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
René Lièvre
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Éric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Maxime Pastore
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Guillaume Rihs
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Bernard Utz
Marc van Dongen
Olivier Vogelsang
Alexandre Voisard

Julie Guinand

Survivante


[…] Écrit comme un journal de bord des instants d’angoisse et des petites victoires, Survivante parle de solitude, de trahison, de rupture et du combat pour surmonter toutes ces épreuves. Autant de défis que Julie Guinand relève, avec une pointe acérée d’humour bienvenu!
Vincent Bélet, libraire (Générations-plus, avril 2020)

[…] Un carnet post-apocalyptique qui ne manque ni de réalisme ni d’humour. Mais un effondrement peut en cacher un autre… Comme on dit, «un seul être vous manque et tout est dépeuplé». Limpide dans sa dimension métaphorique, ce récit d’une reconstruction de soi après une rupture amoureuse l’est autant dans son écriture sobre et belle comme un paysage jurassien.
Blaise Guignard (Terre & Nature, jeudi 19 mars 2020)

Dans la collection «lieu et temps» qui réunit des auteurs neuchâtelois, Julie Guinand vient de publier Survivante. Elle fait partie de la nouvelle génération des écrivains romands. En Suisse, hormis les passionnés du genre, peu de lecteurs savent que la science-fiction a quelques fervents adeptes de plume. Certes, ils sont discrets. Peut-être que la Chaux-de-Fonnière leur emboîtera le pas. Son roman est une petite perle, de la science-fiction ancrée dans la réalité quotidienne. […] Un roman dystopique par excellence.
Bernadette Richard (Le Quotidien Jurassien, jeudi 13 février 2020)

Le jour où «la lumière s’éteint d’un coup», la narratrice ne s’inquiète pas trop: les coupures d’électricité, ça arrive, par ici. Sauf que cette fois, le courant ne revient pas. […] Survivante dépasse le récit d’une apocalypse, ou alors il faut comprendre ce terme au sens symbolique, puisque le lecteur découvre peu à peu que cette fin du monde est aussi la fin d’une relation. La survie, ici, passe par la reconstruction de soi et ce roman drôle, léger en apparence, prend une tournure émouvante, inattendue et fort originale.
Éric Bulliard (La Gruyère, jeudi 30 janvier 2020)

[…] Écrit comme un journal de bord des instants d’angoisse et des petites victoires, le texte proposé par les éditions d’autre part (collection Lieu et Temps) nous fait réfléchir sur beaucoup de sujets essentiels. On y parle de solitude, de trahison, de rupture, et du combat pour surmonter toutes ces épreuves. Autant de défis que l’auteure, Julie Guinand, relève avec brio et une pointe acérée d’humour bienvenu. Une belle découverte!
Estelle Monnat, libraire (Le Nouvelliste, mardi 7 janvier 2020 / Arcinfo, samedi 11 janvier 2020)

La fin du monde est toujours à la page chez les écrivains romands. Julie Guinand explore à son tour cet après dans Survivante. L’écrivaine chaux-de-fonnière, qui explorait déjà les parages de sa ville natale dans le rocambolesque Hors-la-loi en 2018, nous revient avec un court roman en forme de journal. […] Une prose qui préfère la sobriété au spectaculaire collapsologique, teintée d’humour et de candeur juvénile, mais habilement construite sous sa fausse légèreté.
Thierry Raboud (La Liberté, samedi 4 janvier 2020)

> retour
espacement
image pied de                                 page