espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Jean Buhler
Nicolas Buri
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Éric Gentil
Elodie Glerum
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Mathias Howald
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Éric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Marc van Dongen
Olivier Vogelsang

Bernadette Richard

Heureux qui comme


Et voici que la romancière débarque avec ce beau livre, intense, qui résonne d’enfance et de rêves, de musique, d’aventures et de voyages, de lointains et d’intime, mais aussi de paysages et d’animaux observés au quotidien (…) de cet enchantement qui vibre dans la phrase d’une nature de merveille, ici retrouvée et redécouverte. Tel Ulysse. Mais ici et maintenant dans le temps de ces pages qui chantent.
Jean-Dominique Humbert (Coopération, 13 février 2018)

Avec Bernadette Richard, grande voyageuse comptabilisant un nombre astronomique de déménagements et nourrissant une relation complexe – plutôt conflictuelle – avec sa région natale, on aurait pu s’attendre à quelques règlements de comptes pas piqués des vers. Rien de tout ça (...) Outre ce jeu d’échos, bien sûr impossible sans nomadisme, Bernadette Richard inscrit sa narration sur plus de six décennies et porte un message apaisé de la génération revenue de Woodstock, de l’union libre et de l’aspiration à une liberté sans limite.
Jean-Bernard Vuillème (Le Temps, 16 décembre 2017)

Un livre de la maturité joliment ciselé, limpide, la synthèse de l’existence du baroudeur, ou de la baroudeuse, qui se rend compte que la beauté et le sel de la vie tiennent finalement dans un petit périmètre, le sien.
Mireille Chèvre (Le Quotidien Jurassien, 14 décembre 2017)

Un très beau livre, donc, riche, profond, original, peut-être le meilleur livre de Bernadette Richard qui a beaucoup donné à la littérature romande et est encore trop injustement méconnue.
Jean-Michel Olivier (Blog Tribune de Genève, 11 décembre 2017)

Un hommage à la nature jurassienne (…) L’oeuvre, dont la puissance des couleurs et la légèreté rappellent la forme du conte, illustre la puissance de l’attachement à la terre. Elle démontre la force par laquelle l’homme, même voyageur, finit par y revenir.
Adrian Vulic (Le Journal du Jura, 10 novembre 2017)

Le livre qui s’ouvre à moi est un appel, une magnifique voie nomade. J’ai suivi Georgette et Émilie dans leurs jardins, je suis maintenant Clément qui trouve refuge dans les arbres! Il a même baptisé son fidèle aulne, «Schiller» en raison de son allure, son spleen échevelé. Les arbres sont des paradis cachés. Reviens-y! Quel bonheur!
Cora O'Keeffe (http://blogres.blog.tdg.ch, 3 novembre 2017)

> retour
espacement
image pied de                                 page