espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Jean Buhler
Nicolas Buri
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Eric Gentil
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Eric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Olivier Vogelsang

Jean-Pierre Rochat

Petite Brume


Le récit de Jean-Pierre Rochat est admirablement bien ficelé. Le sujet, brûlant, est traité avec humanité, poésie et un humour inattendu. Et puis il y a ce style bien à lui que Rochat a développé, malicieux, plein d’inventions et capable d’articuler des choses profondes l’air de rien. Ce qui explique que malgré la noirceur du sujet, on se délecte à la lecture de ce drame paysan qui en dit long sur une activité économique sinistrée.
Stéphane Babey (Vigousse, 1er décembre 2017)

Grâce à l’écriture, Jean- Pierre Rochat a tenu bon. Son livre est bien plus qu’un témoignage. C’est avant tout un superbe roman signé par l’une des plumes les plus originales que connaît la Suisse en ce moment.
Nicolas Verdan (Terre & Nature, 19 octobre 2017)

Et la violence ici tient dans le décalage, de plus en plus insoutenable pour le narrateur, entre la vente qui ne tient compte que des chiffres (taille, âge, rendement) et les liens (émotionnels, relationnels, vitaux). Les bêtes, jusqu’au bout, obéissent à leur maître pour faire cette dernière danse sur la piste du cirque triste.
Lisbeth Koutchoumoff (Le Temps, 18 novembre 2017)

L'un des livres les plus forts et les plus nécessaires de l'année (…) Le suspense est parfaitement tenu par Jean-Pierre Rochat jusqu'aux dernières pages du livre, un livre à la fois sombre et généreux, d'une clairvoyance admirable, à la langue poétique et charnelle. Un grand livre, vous disais-je.
Jean-Michel Olivier (http://blogres.blog.tdg.ch, 7 novembre 2017)

Par son style vif et soigneusement teinté d’oralité, où la drôlerie affleure sans cesse pour désamorcer la noirceur, Jean-Pierre Rochat excelle à mettre en scène la chute de son personnage. Mais il parvient à faire de cette tragédie le symbole d’un monde en déliquescence; son texte prend valeur de témoignage en se faisant l’écho d’une détresse longtemps tue, pourtant bien réelle.
Thierry Raboud (La Liberté, 21 octobre 2017)

Le style cru, direct, par moments sombrement drôle, installe une distance qui rappelle un reportage à la Hemingway. Il y a de l’affect, du désespoir, une désillusion prégnante, Rochat traque l’essence de la vie jusque dans les interstices les plus inattendus, ces détails qui révèlent les combats de l’homme jusqu’à la chute s’il n’est pas toujours au top. Un livre noir et douloureux qui se lit d’une traite.
Bernadette Richard (Le Quotidien Jurassien, 30 septembre 2017)

Elle est belle cette langue vigoureuse, fraîche comme l’oralité, que Jean-Pierre Rochat retourne et laboure avec soin. Il y a un désespoir sarcastique et tonique dans ces scènes de la vie rurale où le mort étreint le vif.
Michel Audétat (Le Matin Dimanche, 8 octobre 2017)

> retour
espacement
image pied de                                 page