espacement
espacement
espacement
A C C U E I L A U T E U R S P A R U T I O N S
C O N T A C T facebook
espacement
Cinq sur cinq
Cruautés?
Écrits du valais
Jura, l'usage des sens
Reportages climatiques
Jean-Marie Adatte
Laurent Antonoff
Alain Bagnoud
Claude-Inga Barbey
Daniel Baudraz
Jacques Bélat
Bern ist überall
François Beuchat
Roland Biétry
Sylvain Boggio
Laurence Boissier
Jean-Jacques Bonvin
Jean-Pierre Bregnard
Romain Buffat
Jean Buhler
Nicolas Buri
Alexandre Caldara
Céline Cerny
Laure Chappuis
Miruna Coca-Cozma
Odile Cornuz
Claude Darbellay
Daniel de Roulet
Corinne Desarzens
Jean-Yves Dubath
Simon Edelstein
Raymond Farquet
Éric Gentil
Elodie Glerum
Anne-Lise Grobéty
Julie Guinand
Blaise Hofmann
Mathias Howald
Antoine Jaccoud
Jean-Louis Kuffer
René Lièvre
Gérard Lüthi
Maxime Maillard
Denis Maillefer
Frédéric Mairy
Éric Masserey
Jérôme Meizoz
Pierre-André Milhit
Sandra Modiano
Michel et Jacqueline Monbaron
Roger Monney
Stéphane Montavon
Grégoire Müller
Pascal Nordmann
Gilbert Pingeon
Anne Pitteloud
Valérie Poirier
Jean Prod'hom
Fabienne Radi
Augustin Rebetez
Pascal Rebetez
Bernadette Richard
Yves Robert
Jean-Pierre Rochat
Antoinette Rychner
Thomas Sandoz
Bertrand Schmid
Maurice Schobinger
Bettina Stepczynski
Jacques Tornay
Marc van Dongen
Olivier Vogelsang

Marc van Dongen

Le périmètre intérieur


Son écriture aux longues phrases ciselées joue une petite musique teintée de mélancolie, de cynisme parfois et d’autodérision rendant ce parcours urbain – des embruns désinvoltes de l’adolescence à l’homme de maintenant – résolument singulier et littérairement remarquable.
Yann Courtiau (Le Rameau d’Or, 1er décembre 2018)

Dans Le périmètre intérieur, Marc van Dongen revisite vingt-huit lieux à Genève. Des rues et des quartiers qui l’ont constitué, des territoires de l’enfance à l’assise de la paternité. La ville du bout du lac Léman y est évoquée comme rarement (…) Les textes qui le constituent ne sont pas des instantanés, mais des ruminations sans dégorgements. Ils finissent par être poétiques. D’une poésie urbaine qui flotte entre ce coin du cœur, où s’amoncellent les traces de souvenirs, et cette atmosphère qui peuple les lieux d’une seule vie.
Thibaut Kaeser (L’Écho Magazine, 29 novembre 2018)

Avec ce court récit au style éblouissant, Marc van Dongen manie à merveille cynisme et mélancolie, ironie et résignation, ressassement et renaissance.
Stéphane Babey (Vigousse, 30 novembre 2018)

L’auteur du Périmètre intérieur se raconte à travers les adresses genevoises de sa vie. Acéré. Aucune parenté n’existe entre le peintre Kees van Dongen et Marc van Dongen (…) Ce père de famille quadragénaire peint avec les mots du vocabulaire. Son sujet? La ville qui est la sienne depuis l’âge de 8 ans (…) Du travail d’écriture lui-même, qui aboutit à des textes courts et souvent percutants, Marc van Dongen parle en jardinier. «Je n’ai fait qu’élaguer», dit-il.
Benjamin Chaix (Tribune de Genève, 29 septembre 2018)

> retour
espacement
image pied de                                 page